Porsche offre le succès à Wehrlein.


Pascal Wehrlein a remporté l'E-Prix de Mexico signant sa première victoire personnelle ainsi que le premier succès de Porsche en Formule E, bien aidé par un André Lotterer a qui il a été demandé de ne rien tenter dans les derniers tours. Jean-Éric Vergne complète le podium. Après sa pole lors des qualifications, en finale contre le leader du championnat Edoardo Mortara, Pascal Wehrlein espérait mettre fin à sa malédiction de Mexico. Lors des deux dernières éditions de l'E-Prix, en effet, l'Allemand avait vu la victoire lui échapper au dernier moment : sauté sur la ligne par Lucas Di Grassi puis sur tapis vert. Et c'est chose faite, grâce à une course de gestion parfaitement maîtrisée par Porsche et une fin de course neutralisée entre les deux pilotes, André Lotterer se pliant aux ordres malgré un avantage net. Le résumé Au départ, Wehrlein ferme autoritairement la porte à Mortara avant le premier virage et conserve sa position, dans un premier tour plutôt sage de la part de l'ensemble du peloton. Le drapeau jaune est toutefois déployé dès le second tour en raison d'un problème qui immobilise Alexander Sims dans le stadium, le temps de dégager sa monoplace. Derrière les deux leaders, André Lotterer, Jean-Éric Vergne et Antonio Félix da Costa complètent le top 5, dans un peloton serré en file indienne. Après un peu plus de cinq minutes de course, Lotterer est le premier à déclencher l'attack mode, et il réussit cela en conservant sa troisième place devant les deux DS Techeetah. Mortara réplique au tour suivant et garde lui aussi la place sur l'Allemand. Sans surprise et avec le même résultat, Wehrlein couvre également la stratégie. Cependant, dans la ligne droite suivante, bénéficiant d'une vitesse de pointe soudainement plus importante alors qu'il y avait quasiment trois longueurs d'écart, le Suisse le double au premier virage. Mortara s'échappe alors aisément, avec ou sans attack mode, devant les deux Porsche. Profitant d'un décalage dans l'activation du mode attaque, Vergne se joue de Lotterer (un dépassement dont profite également Da Costa) puis Wehrlein pour s'emparer de la deuxième position. Le Français est toutefois victime d'un problème radio (son stand ne l'entend pas disinctement), alors que son équipier voit un élément de carrosserie à l'avant gauche se détacher à la suite d'un contact avec Wehrlein. Mortara voit Vergne revenir dans son sillage, alors que les deux hommes activent à un tour d'intervalle leur mode attack, mais le pilote Venturi reprend un peu d'air à la mi-course. Malgré ses dégâts, Da Costa parvient à se battre pour le top 5 avec Robin Frijns, le Néerlandais devant jouer de bravoure pour venir à bout du Portugais à 20 minutes de la fin. Dans la seconde partie du top 10, une lutte musclée impliquant Di Grassi, Cassidy et De Vries fait rage. À un quart d'heure de la fin, les Porsche haussent d'un coup la cadence : Wehrlein et Lotterer se débarrassent de Vergne, le Français étant même dépassé peu après par Frijns. Wehrlein revient rapidement sur Mortara et le passe, avant que Lotterer ne fasse de même quelques virages plus tard. La course a soudainement totalement changé de visage en quelques minutes, la gestion méthodique des monoplaces blanche, noire et rouge faisant merveille. Huit minutes avant la fin du temps de course, les Porsche se détachent nettement tout en restant en formation. Mortara voit Frijns lui chiper sa place sur le podium, alors que Vergne, qui avait perdu du terrain revient sur le duo, commence à se remettre dans le sens de la marche. Le leader du championnat est vite dépassé par les deux DS Techeetah. Vergne continue sur son excellente dynamique et passe Frijns pour se hisser sur le podium. Comme souvent dans cette épreuve, Da Costa suit, Mortara et le Néerlandais se livrant ensuite une grosse lutte pour la cinquième position. Le tout en étant rejoint par un groupe de pilotes sur un autre rythme. Dans les derniers instants, l'énergie vient à manquer à certains pilotes qui ralentissent copieusement. À ce petit jeu, De Vries, qui était hors des points, remonte au septième rang et le classement est chamboulé. À l'avant, les Porsche maintiennent leur ordre et terminent comme à la parade, avec Wehrlein qui signe sa toute première victoire après tant de désillusions au Mexique et la première victoire de Porsche en Formule E. Après la course, Lotterer reconnaît qu'il a reçu l'ordre de ne pas dépasser son équipier et se montre frustré tout en comprenant le choix de son écurie.