La FE élue discipline la plus "verte".


Déjà co-auteur du Sustainable Circuits Index l'an passé, la société de conseil en développement durable Enovation Consulting vient de présenter le Sustainable Championship Index. Entre juillet et novembre 2021, 106 disciplines de sports mécaniques ont été analysées afin d'évaluer leur impact environnemental, social et de gouvernance, ainsi que leur engagement avec différents acteurs. À l'aide de données rendues publiques, Enovation a établi 25 critères de performance en matière de développement durable dans six domaines principaux : les certifications, les accréditations et les récompenses, les critères environnementaux, les critères sociaux, l'engagement et les partenariats, et l'approche du développement durable. Le Championnat du monde de Formule E, une discipline entièrement électrique, est la référence de ce rapport car, avec un score de 79 sur un maximum de 100, il est le seul à figurer dans la catégorie supérieure. Un tel résultat n'est pas surprenant toutefois, ce championnat a été conçu pour être plus respectueux de l'environnement. Sans compter la certification environnementale 3 étoiles décernée par la FIA, la Formule E a été saluée pour ses efforts dans le recyclage des batteries et des pièces en fibre de carbone endommagées et dans l'élimination des plastiques à usage unique dans son paddock. Derrière la Formule E se trouve la Formule 1, avec un score de 60/100. Une place "légèrement plus surprenante" que celle de la Formule E, selon le rapport, alors que la catégorie reine avait obtenu de bons résultats en matière de développement durable ces dernières années. En plus d'avoir la même certification 3 étoiles que la Formule E, la Formule 1 a reçu des encouragements pour des actions telles que l'objectif zéro émission fixé à 2030, l'utilisation de 100% d'énergies renouvelables dans son siège social et la production neutre en carbone du Grand Prix de Grande-Bretagne 2021. "Bien que des améliorations soient encore possibles, la F1 a parcouru un long chemin sur la route vers un avenir durable, en élevant son niveau d'engagement et en donnant le ton aux autres acteurs pour qu'ils suivent le mouvement", a ajouté le rapport. Avec un score de 60/100 également, le MotoGP a pris la troisième place de ce classement, devant l'Extreme E, le WTCR et la NASCAR. "Je tiens à féliciter tous ceux figurant sur la liste, du fond au sommet, pour avoir entrepris ce voyage vers la durabilité", a indiqué Cristiana Pace, membre de la Commission environnement et développement durable de la FIA et fondatrice et directrice générale d'Enovation. "La F1 est en fait une bonne surprise et nous sommes vraiment heureux pour eux. Nous sommes ravis du résultat. Ils ont un puissant héritage donc, pour eux, il est bien plus difficile d'être plus respectueux de l'environnement. Mais depuis quelques années, ils consacrent indéniablement des ressources pour la durabilité." "C'est bien que le MotoGP soit en troisième position aussi. Nous pensons toujours aux quatre roues mais nous ne devons pas oublier les deux roues. La FIM a une stratégie très différente de celle de la FIA en matière de durabilité mais tous les sports mécaniques vont dans la bonne direction." Tout en soulignant les efforts de championnats tels que la Formule E, la Formule 1 et le MotoGP, le rapport a également précisé que certaines catégories pouvaient être améliorées. Au total, 72 championnats ont reçu un score faible, dont la Formule 2, la Formule 3, le DTM, l'IndyCar et l'IMSA.