Assurland

Comment Félix da Costa a perdu la victoire.


António Félix da Costa a bien failli remporter un improbable succès à l'E-Prix de Santiago, mais s'est fait doubler au dernier tour par Maximilian Günther. Dixième sur la grille de départ, António Félix da Costa ne faisait pas partie des candidats évidents à la victoire, mais le Portugais a mené une course solide et a atteint la troisième place à une dizaine de tours du but, non sans avoir perdu un certain temps derrière la monoplace endommagée de son coéquipier Jean-Éric Vergne – ce dernier explique ne pas avoir su la présence de son partenaire juste derrière lui. À partir de là, il n'a fallu que quatre tours à Félix da Costa pour rattraper et dépasser le poleman Mitch Evans – en difficulté car un temps privé d'informations sur sa consommation d'énergie en raison d'un bug –, et le leader Maximilian Günther ne lui a pas résisté longtemps non plus ; le pilote DS Techeetah a pris la tête au 37e des 40 tours. La chaleur joue toutefois un rôle majeur à Santiago, car la batterie peut s'éteindre si elle atteint un seul critique de température. Le problème s'était déjà présenté lors de l'édition précédente de la course chilienne, où la capitale avait battu son record absolu de chaleur avec 38°C dans l'air ; il ne faisait "que" 34°C cette fois, mais une gestion efficace de ce facteur demeurait cruciale. Félix da Costa et DS Techeetah se sont fait piéger ; Günther a repris l'avantage dans la dernière boucle. "Je pense que l'on me donnait des informations soit incomplètes, soit légèrement erronées, car on m'a dit que les températures convenaient, alors que j'exprimais mes doutes", commente AFDC. "Or, au moment où j'ai pris la tête, ils m'ont demandé de ralentir. Tout s'est joué au dernier tour, mais ces gars-là [BMW, ndlr] ont mieux géré ça." Il poursuit : "Le niveau d'énergie était bon. J'aurais pu prendre ces trois derniers virages à fond… Finalement, tout s'est joué à la température [de la batterie]. Je crois que la voiture s'éteint complètement à 72,6°C, et à deux virages de l'arrivée, elle était à 72,5°C. Je me suis dit que ça n'allait pas le faire. Il a fallu que je lève le pied énormément pour m'assurer de finir. Ça fait mal de passer si près de la victoire, surtout en étant remonté."