Assurland

Vergne et le nombre d'accrochages en FE


Jean-Éric Vergne déplore le pilotage de certains de ses concurrents en Formule E, et critique au passage les décisions prises par les commissaires à l'E-Prix de Mexico. Le Champion de Formule E en titre a connu un nouveau samedi difficile au Mexique, où il a été handicapé par une collision spectaculaire avec la Jaguar de Nelson Piquet Jr, avant d'être envoyé en tête-à-queue par celle de Mitch Evans en fin de course. Or, Jean-Éric Vergne avait déjà été victime d'un accrochage avec son coéquipier André Lotterer et António Félix da Costa à Santiago. Résultat des courses : pas de points marqués depuis Marrakech. "Je ressens une immense frustration", déclare le Français pour Motorsport.com. "Je me suis fait percuter, je suis parti en tête-à-queue, l'autre gars [Evans] n'a pas de pénalité. Je me suis fait doubler par trois voitures sous Full Course Yellow, et aucune d'entre elles n'a de pénalité. Un mec qui m'a dépassé, a coupé la chicane et m'a heurté, mais n'a aucune pénalité." "Je souhaite donc comprendre la règle : peut-être que c'est une nouvelle règle et qu'à la prochaine course, tout le monde se rentrera dedans. C'est déjà le cas. Je ne joue pas à ce jeu-là, mais pour moi, ce n'est pas du sport auto. Je n'aime pas ce genre de bataille ; on ne voit pas ça en Formule 1, des pilotes qui s'accrochent non-stop. J'espère que ça va changer, car je n'y prends aucun plaisir." Lorsque nous lui demandons si ces incidents sont en partie liés au fait que les Gen2 soient capables de se suivre de très près, Vergne renchérit : "Mais c'était pareil l'an dernier. Et l'an dernier, les règles étaient très strictes. J'ai eu un drive through pour avoir réaccéléré deux dixièmes trop tôt à la fin du Full Course Yellow à Zurich. À Mexico, trois voitures m'ont dépassé [sous FCY], et rien." "Regardez Robin Frijns, qui a complètement bloqué Jérôme d'Ambrosio en qualifications. Il l'a bloqué, il a complètement gâché son tour, et il n'a eu qu'une pénalité de trois places sur la grille. Qu'est-ce que ça veut dire ? Si je suis contre mon rival pour le titre, je vais le bloquer, faire un bon tour, il sera dernier et je n'aurai qu'une pénalité de trois places sur la grille ? Ça n'a aucun sens. À Mexico, rien n'était cohérent, je ne comprends pas." Dubitatif, Vergne est donc allé voir le directeur de course Scot Elkins afin d'obtenir des explications, mais selon le pilote DS Techeetah, celui-ci était tout aussi perplexe. "Je suis professionnel, donc je suis allé parler au directeur de course et je lui ai posé toutes ces questions, mais il n'avait aucune réponse. Il a fait son travail, parce qu'il a informé [les commissaires] de tout ce qui se passait – donc il a tout vu, et c'est bien – mais ensuite, les décisions, elles n'ont pas de sens pour moi et je ne crois pas qu'elles en aient pour lui non plus. Je vais continuer à discuter avec lui pour comprendre ce qui s'est véritablement passé", conclut Vergne, qui se retrouve en tout cas hors du top 5 au championnat.