Assurland

Succès de Mitch Evans à l'E-Prix de Rome !


Pour cette deuxième édition de l'E-Prix de Rome, André Lotterer s'élançait de la pole position – une première dans sa jeune carrière au sein du championnat tout électrique. Mitch Evans était à ses côtés en première ligne devant José María López, Stoffel Vandoorne, Maximilian Günther et Sébastien Buemi. Le mieux placé des six leaders du championnat (qui se tenaient en dix points) était Edoardo Mortara, septième, devançant António Félix da Costa (11e), Sam Bird (12e), Lucas di Grassi (13e), Jean-Éric Vergne (16e) et Jérôme d'Ambrosio (19e). Sur une piste légèrement humide, les Dragon ont manqué leur envol, et López a même tiré tout droit au premier virage. Lotterer a conservé la tête devant Evans, Vandoorne, Buemi et Günther. C'était un désastre pour l'écurie américaine : Günther a ensuite perdu le contrôle dès le premier tour et a heurté le mur, perdant sa carrosserie avant. Son ingénieur lui a néanmoins demandé de rester en piste, alors qu'il avait rétrogradé au neuvième rang. Alexander Sims a également percuté la barrière au volant de sa BMW. Carambolage et drapeau rouge Quelques instants plus tard, López a perdu le contrôle au virage 17, lui qui venait d'ailleurs d'accrocher Sam Bird, alors qu'il évoluait au 12e rang. Résultat : un carambolage et une piste complètement bloquée, tandis que Gary Paffett et Jean-Éric Vergne notamment ont été pris au dépourvu juste derrière l'Argentin. Le drapeau rouge a été agité après seulement deux minutes et 50 secondes de course ; le Français est rentré au stand pour changer de museau, contrairement à Paffett, qui a été contraint à l'abandon. Pendant l'interruption, les mécaniciens Virgin s'affairaient sur la monoplace de Sam Bird, fortement endommagée dans l'incident avec López au niveau du train arrière. Le pilote Dragon allait d'ailleurs écoper d'un drive through. La course a repris ses droits sous Safety Car 45 minutes plus tard, avec Lotterer en tête devant Evans, Vandoorne et Buemi. Juste derrière eux, Frijns, Rowland, Massa et Mortara ont activé le mode attaque pour la première fois de la course, ce qui leur donnait 225 kW de puissance au lieu de 200 kW pendant quatre minutes. Frijns a tout tenté pour chiper la quatrième place à Buemi, sans succès. Le Suisse a ensuite utilisé l'attack mode à son tour, tout comme Vandoorne. Pendant ce temps, Evans mettait la pression à Lotterer pour la tête de la course, toutefois sans pouvoir porter d'attaque. C'est alors qu'Edoardo Mortara a subi un problème technique sur sa Venturi et s'est immobilisé dans une échappatoire ; c'était l'abandon, et un coup dur pour le local de l'étape. Son coéquipier Felipe Massa a subi le même sort quelques instants plus tard, engendrant une neutralisation par Full Course Yellow. Evans s'empare de la première place À la mi-course, un clair trio de tête composé de Lotterer, Evans et Vandoorne se démarquait. Trois pilotes à la recherche de leur première victoire en Formule E ! Le Néo-Zélandais a décidé d'activer le mode attaque pour la première fois et est parvenu, dans les dernières secondes de son surplus de puissance, à dépasser son rival au chausse-pied – ce qui leur a valu un avertissement des commissaires. Motivé à riposter, Lotterer a employé l'attack mode à son tour, mais n'a pas trouvé l'ouverture. L'Allemand l'a utilisé de nouveau immédiatement, ce qu'Evans a tenté de faire également, mais le pilote Jaguar n'est pas parvenu à passer dans la dernière zone d'activation ! L'intéressé est finalement arrivé à le faire, mais son équipe lui a demandé de ralentir pour éviter de se retrouver en manque d'énergie à la fin de la course : passer la ligne d'arrivée au bon moment pour faire un tour de moins (le format étant 45 minutes + 1 tour). Avec succès : il restait 5% d'énergie à Evans au début de la dernière boucle. Le Néo-Zélandais a ainsi remporté ainsi sa toute première victoire en Formule E, septième vainqueur d'une septième écurie différente en autant de courses cette saison ! Lotterer et Vandoorne le rejoignaient sur le podium – un premier top 10 pour l'ancien pilote McLaren F1, qui a néanmoins été à nouveau trahi par son arbre de transmission après avoir franchi le drapeau à damier ! Frijns et Buemi complétaient le top 5 devant Rowland, di Grassi, d'Ambrosio, Félix da Costa et Wehrlein. Les points échappaient à Vergne, pénalisé d'un drive through en fin de course pour dépassement sous Full Course Yellow.