Assurland

Salon de Los Angeles 2018 - Mercedes AMG-GT


Après une première évolution en 2016, la GT change à nouveau. Cette fois, Mercedes a surtout revu la planche de bord. La marque lance aussi une version plus radicale de la R. La GT avait-elle besoin d'un restylage ? Non ! C'est pourquoi les designers de Mercedes ont eu la main très légère. Il est d'ailleurs logique que la voiture évolue peu à l'extérieur, car la marque lui avait déjà apporté des modifications en 2016 à l'occasion du lancement du roadster, avec la grille de calandre Panamericana et des entrées d'air plus agressives. Le millésime 2019 se contente d'une signature lumineuse revue, pour faire le lien avec la nouvelle variante berline, et de nouvelles sorties d'échappement. Il y a désormais quatre canules (sauf sur la R, qui conserve une sortie centrale), rondes ou anguleuses en fonction des versions. L'intérieur change davantage. La GT adopte une instrumentation 100 % numérique sur écran 12,3 pouces, même s'il y a toujours un dessin évoquant des fûts. Au centre, l'écran est agrandi, avec 10,25 pouces. Au niveau de la console centrale, on remarque un nouveau pavé tactile. De plus, les boutons ronds laissent la place à des boutons rectangulaires fondus dans le décor noir laqué. Enfin, le volant a été changé. Pour la fiche technique, c'est le statu quo. Il faut rappeler que sur ce point aussi, la GT avait changé en 2016. Le V8 4.0 biturbo propose au minimum 476 ch. La S annonce 522 ch, le roadster C est à 557 ch. Enfin, la gamme culmine avec la R de 585 ch. Mercedes profite de la présentation de ce rafraîchissement pour lancer une série limitée R Pro, qui s'inspire des variantes de compétition GT3 et GT4. La puissance du V8 ne bouge pas. Mais l'auto profite d'appendices aérodynamiques spécifiques, comme un spoiler plus imposant ou des ailettes sur les côtés du bouclier avant. A l'intérieur, on trouve des harnais à quatre points. Côté technique, la voiture a des suspensions réglables manuellement. Des jantes forgées permettent de gagner un peu de poids. Résultat, sur l'exercice du 0 à 100 km/h, la Pro gagne un dixième, à 3,6 secondes.